Les membres du Conseil d’Administration de la Fondation Héritière sont tous bénévoles. A leur côté, bon nombre de volontaires viennent en aide. Sans leur soutien la Fondation Héritière de Maria Valtorta serait en grande difficulté.

#LES MEMBRES DE LA FONDATION HÉRITIÈRE

LE CONSEIL D’ADMINISTRATION

Emilio Pisani, Président d’honneur de la Fondation Héritière de Maria Valtorta
EMILIO PISANI
Président d'Honneur

Emilio Pisani est né à Isola del Liri (Frosinone, Italie) le 11 mars 1935, précédé de trois sœurs et suivi d’un frère. Son père, Michele, futur éditeur de Maria Valtorta, est le seul frère de plusieurs sœurs, dont l’une est devenue religieuse. Sa mère Fidalma Bottoni, également issue d’une famille nombreuse, avait un frère prêtre.

Emilio a grandi en pratiquant l’imprimerie de son père, créée au début du XXe siècle par Arturo Macioce, expert imprimeur de la ville voisine d’Arpino (patrie de Cicéron) et époux de Giulia Pisani, l’aînée des

sœurs de Michele, qui s’est associée à son beau-frère en créant la STAMP (Società Tipografica Arturo Macioce & Pisani). Emilio n’a jamais su par quels canaux « Macioce & Pisani » était venu imprimer des livres pour le compte des milieux catholiques romains : instituts religieux, curies générales des ordres religieux, associations catholiques, éditeurs papaux et même certains services du Vatican.

Les dommages causés par la Seconde Guerre mondiale et l’âge avancé d’Arturo Macioce ont conduit à la dissolution de l’entreprise en 1946. Michele Pisani reprend l’activité sous le nouveau nom de « Tipografia Editrice M. Pisani », continuant à servir la clientèle romaine qualifiée, au sein de laquelle il apprend l’existence de l’œuvre de Maria Valtorta qui est à la recherche d’un éditeur.

La suite de l’histoire est bien connue, impliquant la personne d’Emilio pour son association presque

congénitale avec Valtorta et son œuvre. Certains détails de sa biographie sont moins connus, comme celui de sa licence en droit, obtenue sans ses aptitudes pour la profession d’avocat et avec une thèse en droit pénal qui entrait en conflit avec son emploi d’éditeur d’écrits religieux : Publications et spectacles obscènes.

Deux faits dans sa vie ont été les plus importants. Le premier est d’avoir cédé sa propre part d’héritage (cinquante pour cent) de l’entreprise de son père à son frère Ettore afin de se consacrer exclusivement à l’édition des publications de Valtorta. La seconde est d’avoir rencontré et épousé Claudia Vecchiarelli, avec laquelle il a créé le Centro Editoriale Valtortiano en 1985 et une Fondation en 2010, partageant avec elle les difficultés et les succès, les satisfactions et les amertumes de l’entreprise valtortienne, complexe et exigeante. Claudia a laissé un vide insurmontable en mourant prématurément en 2012.

Emilio Pisani est également un passionné de mémoires historiques, qu’il annote et publie. On peut notamment se référer à deux de ses livres : Pour et contre Maria Valtorta et Lettre à Claudia.

Fiammetta Pagnanelli, Président de la Fondation Héritière de Maria Valtorta
FIAMMETTA PAGNANELLI
Président

Daniel Fiorletta, Vice-président de la Fondation Héritière de Maria Valtorta
DANIEL FIORLETTA
Vice-président
Mon nom est Daniel Fiorletta. Je suis né le 7 août 1962 à Metz, en France, où j’ai vécu jusqu’à mon adolescence. J’ai suivi mes parents lorsqu’ils ont déménagé en Italie et j’ai terminé mes études techniques à Isola del Liri, où je vis toujours. Une fois ma scolarité terminée, ma formation s’est poursuivie directement dans l’imprimerie, à la Tipografia Editrice M. Pisani. J’y ai travaillé pendant un peu plus de 10 ans. En 1996, j’ai rejoint l’équipe du Centro Editoriale Valtortiano.

En plus de mes engagements « valtortiens », je collabore aux activités de ma paroisse « San Domenico Abate ».

J’aime l’art en général, avec une prédilection particulière pour la musique. Je joue de la guitare et de la guitare basse et j’aime beaucoup chanter. Ma mère m’a également transmis une grande passion pour le sport, notamment le rugby. De mon père, j’ai hérité d’un dévouement au travail. Je suis séparé et j’ai deux filles, Federica et Beatrice.

Qu’est-ce qui m’a amené ici ?

 

Enfant, je fréquentais la paroisse de mon enfance « française », où j’étais enfant de chœur. Lorsque je suis arrivé en Italie, j’ai continué à assister à la messe le dimanche, mais on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’une « participation chaleureuse ».

Ma formation technique devait me conduire vers d’autres objectifs. Ensuite, quand j’ai commencé à travailler au M. Pisani, il y a eu le premier contact avec les écrits. Enfin, le tournant s’est produit lorsque je suis arrivé au Centro Editoriale Valtortiano : ma semaine de travail commençait par une heure de

lecture et de commentaire d’un chapitre de l’œuvre majeure. J’ai commencé à en apprendre davantage sur l' »histoire » de l’Évangile, Jésus, sa mère Marie, les apôtres, etc.

Aujourd’hui, je me rends compte que je n’aurais jamais pu décider de m’engager dans une telle voie. Je travaille avec la Fondation Heir depuis 10 ans maintenant.

Vittoria Ramondelli, conseiller de la Fondation Héritière de Maria Valtorta
VITTORIA RAMONDELLI
Conseiller
Vittoria Ramondelli est née à Rome en 1981. Après avoir terminé ses études en économie politique, elle a décidé de changer de voie professionnelle et a obtenu un diplôme en arts visuels et en peinture. Elle a enseigné les techniques de dessin et de peinture pendant 3 ans à Rome, avant de s’installer à Paris où elle vit toujours. Depuis 2015, elle travaille dans un centre d’art contemporain parisien, en tant que responsable des guides adultes et des activités artistiques pour les enfants. Lectrice passionnée de Maria Valtorta depuis plus de vingt ans, elle a eu l’honneur et la grâce de connaître Claudia et Emilio Pisani et de collaborer à plusieurs reprises avec la Fondazione Erede di Maria Valtorta. Elle a édité la traduction du français du deuxième volume de l’Enigme Valtorta de Jean François Lavère.

Vittoria contribue aux projets de la Fondation en tant que conseillère et traductrice du français.

Qu’est-ce qui m’a amené ici ?

De nombreuses « coïncidences » m’ont conduit et ramené à Maria Valtorta. À 17 ans, grâce à l’invitation de ma mère et aux prières d’un ami de la famille, j’ai commencé à lire les Carnets. Ce fut la rencontre avec la voix de Jésus, qui m’a guéri du désespoir. Peu de temps après, une autre « coïncidence » a amené mon père, architecte, à planifier ce qui devait être le futur siège de la Fondation : la rencontre avec Claudia et Emilio Pisani et la visite de la Maison de Viareggio ont changé ma vie à jamais. Après le décès de la très douce Claudia, on m’a proposé de poursuivre sa traduction interrompue du français, ce qui m’a amené à travailler plus étroitement avec la Fondation.

Bruno Forte, conseiller de la Fondation Héritière de Maria Valtorta
BRUNO FORTE
Conseiller
L’avocat Bruno Forte est spécialisé en droit civil, bancaire et administratif et en protection des droits de l’homme. Il est habilité à exercer devant toutes les juridictions supérieures italiennes (Cour de cassation, Conseil d’État, Cour constitutionnelle) ainsi qu’à assister devant la Cour européenne des droits de l’homme ; ici, depuis plus de vingt ans, il s’occupe de la défense des citoyens et des entreprises italiennes injustement lésés par des lois, des mesures administratives et des décisions judiciaires adoptées par l’Italie et qui n’auraient plus aucune chance d’être protégés dans notre pays. À cet égard, en Italie et à Strasbourg, elle assiste les parties à des procès qui ont été excessivement longs et les particuliers qui ont subi un préjudice patrimonial (crédits, expropriation illégale de biens immobiliers et/ou d’actifs, attentes légitimes, perte de chances, etc.) en raison du contraste entre la législation italienne et les règles de la Convention. Il est conseiller auprès de syndicats de fonctionnaires d’importance nationale.
Giovanni Palladino, conseiller de la Fondation Héritière de Maria Valtorta
GIOVANNI PALLADINO
Conseiller

Gabriele Cajano, conseiller de la Fondation Héritière de Maria Valtorta
GABRIELE CAJANO
Conseiller

Donata Morelli, conseiller de la Fondation Héritière de Maria Valtorta
DONATA MORELLI
Conseiller

Je suis née à Florence en 1980, où j’ai vécu presque 3/4 de ma vie. Je suis diplômé en architecture et j’ai exercé la profession d’architecte pendant 5 ans. En 2009, j’ai déménagé en Australie, à Brisbane, avec mon mari. C’est là que j’ai commencé à travailler dans le domaine graphique et numérique. J’ai toujours été fascinée par le marketing et j’ai élargi mes connaissances dans ce domaine. J’ai travaillé en tant que directrice de la création et du marketing et obtenu un diplôme universitaire dans ce domaine. En outre, je suis mère de deux enfants et je travaille actuellement en tant que freelance.

Qu’est-ce qui m’a amené ici ?

La réponse immédiate est : le Seigneur.

Mon père avait commencé à me parler de Maria Valtorta, mais son « insistance » m’avait presque fait renoncer à l’idée de lire quoi que ce soit, peut-être plus par dépit familial qu’autre chose. Puis j’ai pris le premier volume de L’Évangile et j’ai commencé. Et c’était immédiatement clair.

Toujours poussé par une grande curiosité, j’ai atterri sur le site de la Fondation, où j’ai lu un message indiquant qu’ils cherchaient de l’aide pour le site. J’ai contacté la Fondation et nous avons commencé à travailler… et me voici.

Carlo Ursillo, conseiller de la Fondation Héritière de Maria Valtorta
CARLO URSILLO
Conseiller
Je suis Carlo Ursillo, né en 1962 à Sora, une ville pittoresque de la province de Frosinone où je réside toujours. Mon parcours éducatif est purement technique, je suis diplômé de l’Institut technique industriel d’Isola del Liri et j’ai ensuite suivi un cours d’informatique. Mes passions sont multiples, celle pour la science et la science-fiction m’a conduit à regarder le ciel et ses mécanismes avec curiosité, m’incitant à m’intéresser aux différentes théories qui ont tenté de le définir. Ma passion pour l’art m’a amené à dessiner, à peindre et à écrire des poèmes. Je suis mariée à Aurora et j’ai deux enfants, Arianna et Alessandro.

En tant que garçon, j’avais peu d’expérience professionnelle, en été, tandis que pendant l’année j’aidais mon père dans son travail, il était encadreur. J’ai eu une brève expérience d’enseignement dans une école publique où j’ai enseigné les mathématiques, le génie électrique et la physique. En 1990, j’ai rejoint l’équipe du CEV en tant que photocompositeur.

Qu’est-ce qui m’a amené ici ?

Dieu a toujours été présent dans ma vie, même si ma religiosité était comme celle de beaucoup d’autres jeunes, évidente et fictive. Pourtant, je me souviens avoir eu de longues discussions avec mon professeur de religion, j’étais intéressé par la figure de Jésus, ce Dieu qui s’est fait homme, mais qui m’a toujours semblé trop éloigné de  » l’homme « . Lorsque je suis arrivé au CEV et que j’ai commencé à lire les écrits de Maria Valtorta, j’ai redécouvert ce Jésus qui, bien qu’il soit Dieu, était cette fois-ci bel et bien  » homme « . De plus, grâce aux événements de Valtorta, j’ai acquis la conviction que la science et la foi sont moins éloignées que nous le pensons et qu’elles peuvent travailler ensemble en répondant l’une au « comment » et l’autre au « pourquoi ». J’ai également été captivé par la figure de Maria Valtorta, qui m’a en quelque sorte montré le chemin inverse de Jésus, c’est-à-dire de l' »homme » qui s’élève vers Dieu, en se confiant entièrement à Lui.

Nous, du CEV, sommes devenus, au fil du temps, des collaborateurs d’Emilio Pisani et de Claudia Vecchiarelli dans leur engagement pour Valtorta, conscients de la grande importance des écrits. L’implication dans la gestion des archives, et dans la naissance de la Fondation, m’a rendu participant et conscient de la grande responsabilité de ceux à qui l’on a confié l’héritage de Maria Valtorta.

Corrado Zaccardelli, secrétaire de la Fondation Héritière de Maria Valtorta
CORRADO ZACCARDELLI
Secrétaire externe

COLLABORATEURS

Ce ne sont là que quelques-uns des bénévoles qui aident activement la Fondation Héritière à poursuivre ses activités.

Nous remercions tous les bénévoles silencieux qui diffusent la connaissance de Maria Valtorta et de son œuvre inestimable.

LUIGINA BARI

UGO BERTOLAMI

ANTONIO CARLOS

FRANÇOIS-MICHEL DEBROISE

BENOÎT DE FLEURAC

YVES D’HORRER

FERNANDO LA GRECA

JEAN-FRANÇOIS LAVÈRE

MARINA MASSA

HÉlÈNE THILS

SIMONA ZETEA

ANTHONY CHIEFA

MARCELLA FOGLIA

FLAVIA NOCERANI

GIUSEPPE PRESTIPINO

SIMONA SERAFINI

ORNELLA F. SOTTILE

AGOSTINO TIBERI

GIULIANA PASCOLI

BARBARA LAMBELET

VALENTINA ARCIDIACONO

FLORIAN BOUCANSAUD

SEVERINO CARUSO

FABRICE GAGNANT

STEFANIA MARTINO

ENGAGEZ-VOUS DANS LE GROUPE DES VOLONTAIRES

Envoyez-nous votre histoire et votre intention de projet.

ENVOYER